Embarquez sur un vieux gréement au départ de Granville,
à la découverte de l'archipel de Chausey...
Nous contacter
Le bateau

Dernier bateau dessiné par Marin-Marie, le Courrier des Iles est un cotre mixte à gréement aurique. Parfaitement voilé et puissamment motorisé, il est aussi bon marcheur à la voile qu’au moteur.
Doté d’un cockpit, d’un carré spacieux et d’une timonerie abritée, il peut transporter 15 passagers dans les meilleures conditions de sécurité et de confort. Bordé en chêne et en iroko, il est de construction récente (mise à l’eau en 1986) et d’une solidité à toute épreuve. C’est un vrai bateau de mer, idéal pour partir à la découverte des îles.

Caractéristiques techniques

Architecte Marin-Marie
Chantier constructeur  Chantier naval Claude ANFRAY de Granville (Manche)
Année de construction 1986
Longueur hors tout 14.80 m
Longueur de coque 10.90 m
Longueur de flottaison 9.60 m
Largeur Maître bau 3.65 m
Tirant d’eau 1.60 m
Tirant d’air 15.20 m
Déplacement 12 tonnes
Voilures Surface totale maximale au près : 90 m² dont Grand voile 40 m² - Trinquette 20 m² - Grand foc 20 m² - Petit foc 10 m² - Flèche 10 m²
Moteur Ford diesel 4 cylindres, 80 CV

Les croquis de Marin Marie

Marin avait signé de sa main ce troisième projet de plans de formes, considérant sans doute qu’il était suffisamment abouti. Ce dernier fit néanmoins l’objet de modifications ultérieures : Marin n’était jamais totalement satisfait et remettait toujours sur l’ouvrage, comme il avait l’habitude de le faire pour ses tableaux.
Avec son habituel souci de la perfection, Marin avait dessiné le bateau dans ses moindres détails, comme en témoigne ce croquis de la barre et de la tête de gouvernail.
Marin était âgé quand il a dessiné le bateau et sa main tremblait parfois un peu. Il avait cependant un talent extraordinaire pour dessiner à main levée et une façon très personnelle de résoudre cette affaire de tremblement : quand il sentait que sa main allait le trahir, il levait le crayon de la feuille, attendait quelques secondes que ça passe, puis reprenait imperturbablement le trait interrompu en reposant le crayon à l’endroit précis où il l’avait levé. Sur ce projet de plan de voilure, la coque du bateau a été tracée de cette manière, et l’on voit bien qu’elle est parfaitement juste, malgré le léger tremblé du trait.


Pour lire le récit de la genèse du Courrier des Iles par Gilbert Hurel, cliquez-ici !
facebook
Le Courrier des Iles - S.A.R.L. "Normand'Iles" - Mentions légales - Crédits photos : Pascal Moulin et Laurent Picot - Réalisation STUDIO DE LÀ ®